Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Giboulées de mars… ou de novembre !
--> Chronique n° 97 (météorologie)

« Mars qui rit, malgré les averses, Prépare en secret le printemps », écrivait le poète français Théophile Gautier… On parle des giboulées de mars, mais elles peuvent se produire aussi bien en novembre qu’en janvier, par exemple. Toutefois, si le mois de mars est associé aux giboulées, c’est parce qu’elles bénéficient alors d’un environnement « porteur » : un Soleil déjà chaud et des descentes froides – liées aux ciels de traîne (1)- encore vigoureuses…

 

Le terme « giboulée » est un mot occitan d’origine inconnue, nous renseigne le Petit Robert qui précise toutefois qu’il est apparu pour la première fois en 1547. En tout cas, on ne possède pas de trace plus ancienne… La définition du célèbre dictionnaire est la suivante : « pluie soudaine, quelquefois accompagnée de vent, de grêle ou même de neige, et bientôt suivie d’une éclaircie ». On ajoutera qu’une giboulée peut également être accompagnée de grésil.

 

Voilà en tout cas une définition qui ressemble furieusement à celle de l’averse… D’ailleurs, une giboulée est une averse. Précisons que les averses peuvent être appelées giboulées lorsqu’il y a une bonne alimentation de l’atmosphère en air froid (c’est-à-dire une belle descente d’air froid) et que cet air est très instable : bref, une traîne très active lors de la « saison froide » au sens large. Voilà pourquoi on ne parle pas trop des giboulées d’août…

 

(1) le ciel de traîne fait suite au corps pluvieux d’une perturbation. Généralement, averses et éclaircies s’y succèdent.

Ecrit par PierreSansLeLoup, le Mardi 16 Mars 2004, 17:08 dans la rubrique "Météorologie".